Retour sur la conférence : L’exode Urbain

, par Julie

La conférence de David Manzato sur l’exode urbain proposée à la MRES (Maison Régionale de l’environnement et des solidarités) ce lundi 20 mai a rassemblé une vingtaine de personnes.

David nous a présenté pendant une heure et demi environ, à partir des constats actuels sur le climat et la dépendance énergétique, sa vision des choses et ses préconisations pour installer une résilience de notre civilisation sur le long terme.

JPEG - 68.7 ko

👨‍🏫 Quelques mots sur David
David a grandit à la campagne et a baigné dans le faire soi même "avant que ce soit cool". Il a travaillé dans la réalité virtuel où il a été confronté à la notion d’effondrement en 2017, ce qui l’a amené à changer de paradigme. Il a depuis fait du maraichage en permaculture, et travaille à présent sur sa conférence.

Voici quelques points clés de cette conférence :

📈 Quelques données du problème

- Aujourd’hui, les scientifique ont un constat : nous avons gagné 1°C par rapport à l’air préindustrielle, dû aux émissions de gaz à effet de serre et notamment le CO2.

Au delà de 2°C, nous ne savons pas quels seront les conséquences du dérèglements climatiques, si ce n’est que les phénomènes météorologiques vont s’intensifier en régularité et violence.

PNG - 736.2 ko

- Nous obtenons un retour énergétique de plus en plus faible sur les ressources fossiles, dû au caractère fini des ressources terrestres, alors que nous sommes devenus totalement dépendants du pétrole (alimentation, habillement, déplacements…).

Ces mêmes ressources contribuent à alimenter le réchauffement climatique.

- Les scénarios du GIEC prévoient dans le cas le plus optimiste +1,5°C en 2100, c’est à dire si on arrête tout maintenant.

Si nous continuons sur la lancée actuelle, les scénarios estiment un +5°C en 2100. Concrètement, cela correspond à des températures de 60° à certains points de la planète.

🛠 Sommes nous armés face à ces constats ?

👨‍💼 Aspirations
Nous tenons aujourd’hui pour acquis - dans les pays développés - nos besoins alimentaires, besoins en eau, besoin de sécurité. Aussi nous recherchons avant tout à satisfaire nos besoins d’accomplissement : être reconnu pour ses talents

Nous allons jusqu’à délaisser les professions garantes de nos besoins vitaux qui sont de plus en plus précarisées : agriculteurs, infirmières, éboueurs…

🍔 Alimentation

- Le délaissement de la profession d’agriculteur, la mécanisation et les produits chimiques, la délocalisation rendent difficile le développement d’une agriculture résiliente.

- Une simulation permet de montrer qu’il faudrait, dans un cas optimisé (1/3 de la ville végétalisée, 500m2 par individu), 104,9km2 de surface pour nourrir tous les habitants de Lille, soit un cercle de 6km de rayon autour de Lille (dans le cadre d’une vue de l’esprit où les villes de la métropole Lilloise n’existent pas).

PNG - 725.6 ko

🏢 Logement

- Nos habitations ne sont pas adaptées aux catastrophe climatiques prévues dans les prochaines années : la forme est vulnérables aux ouragans, la perte d’efficacité énergétique est importante...

- Les villes sont vulnérables en de nombreux points : alimentation comme nous l’avons vu précédemment, mais aussi inondations, insalubrité, vagues de chaleur...

🌳 L’exode urbain ?

Face aux constats précédents, mêlant alimentation et vulnérabilité des villes, nous en arrivons à un constat : un exode urbain est nécessaire dès maintenant, organisé de manière ordonnée et massive. Ceci tout en sauvegardant le plus possible notre environnement.

Il faut ainsi revoir complètement notre habitat et nos habitudes :

- Des maisons petites (25m2 par personne maximum) et plus adaptées aux conditions climatiques extrêmes (dômes)

- Remettre l’agriculture au centre de nos vies : le plus de monde possible participe à l’effort commun avec des terrains à proximité.

- De manière générale, il faut revoir toute notre manière d’être au monde.

🤯 Un problème existentiel ?

La complexité du système que nous avons mis en place et notre lecture multidisciplinaire de la réalité est telle que la seule chose dont nous pouvons être sure c’est que nous avons fait un grand saut dans l’inconnu et les incertitudes.

Dans ce contexte, nous devons faire des choix plus ou moins radicaux en ne sachant à posteriori s’ils étaient pertinents ou non.

Mais il va bien falloir tenter des choses et agir.

🔍 Approfondir la conférence

Cet article ne présente que quelques points clés de la conférence, beaucoup plus complète et nuancée.

N’hésitez pas à la visualiser via le lien ci dessous et de retourner vos avis à l’auteur.

- 📺 Visualiser la conférence

- 📚 Sources et bibliographie

Un grand merci à David !

Dans la même rubrique

La lettre d'information

Espace adhérent